Où est la démocratie ?

Publié le par Frédo45

Loi sur les OGM : les sénateurs torpillent l'amendement Chassaigne
par Avec AFP

L'amendement Chassaigne limitant la culture et la commercialisation des OGM a fait l'objet de l'unique retouche apportée en seconde lecture par les sénateurs.


Les sénateurs avaient l’amendement Chassaigne en ligne de mire. Du nom du député communiste qui l’avait proposé, l’amendement 252 à l’article 1er du projet de loi sur les OGM avait provoqué la fureur du gouvernement. Son adoption avec des voix de l’UMP a notamment été à l’origine du clash entre la secrétaire d’Etat à l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo et le patron du groupe UMP à l’Assemblée, Jean-François Copé.
Cet amendement prévoyait que les organismes génétiquement modifiés « ne peuvent être cultivés, commercialisés ou utilisés que dans le respect (…) des filières de production et commerciales qualifiées sans organismes génétiquement modifiées ». Les cultures bio, notamment, ou les AOC.
Les sénateurs ont profité du vote du texte en seconde lecture, dans la nuit de mercredi à jeudi, pour répondre au vœu de Jean-Louis Borloo de le retoquer. A l’initiative du rapporteur Jean Bizet (UMP), ils ont fait voter une précision: « la définition du sans organismes génétiquement modifiés se comprend nécessairement par référence à la définition communautaire ».
L’Union européenne n’ayant encore adopté en la matière aucune définition, l’amendement Bizet ajoute que « dans l’attente d’une définition au niveau européen, le seuil correspondant sera fixé par voie réglementaire, sur avis du Haut conseil des biotechnologies, espèce par espèce »
Pour la sénatrice Marie-Christine Blandin (Verts), « cet amendement dévitalise totalement » l’amendement Chassaigne. Car les opposants aux OGM souhaiterait que la définition du sans organismes génétiquement modifiés s’en tienne au seuil de détection des OGM, autrment dit 0,1%. Les élus socialistes et communistes, eux, ont décidé de quitter l’hémicycle.


http://www.lexpress.fr/info/economie/infojour/infos.asp?id=151045

Au-delà de la décision navrante d'hypocrisie des députés UMP de supprimer cet amendement qui protègerait les AOC, il est inacceptable de la part de le droite gouvernementale de toujours mettre en avant le manque de proposition de la gauche traditionnelle et de la faire taire quand celle-ci se veut constructive. Les députés de gauche ont raison de crier au scandale et de remettre en cause les fondations démocrates de l'UMP. J'espère que les élus de gauche seront dès lors retoquer leurs homologues de droite en leur rappelant cet affront fait à la démocratie dès qu'ils critiqueront l'attitude contestataire des forces de progrès.

Publié dans Education-Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article