ARS sous forme de chèque, une bonne idée ?

Publié le par Frédo45

C'est ce qu'on appelle un marronnier, un sujet qui tous les ans, fait la une des médias. Et chaque année, les libéraux s'en prennent à l'ARS (Allocation de Rentrée Scolaire) avec les mêmes lunes populistes. L'ARS ne permettrait pas de payer les fournitures scolaires des élèves mais servirait davantage à payer les fameux "écrans plats" sur lesquels les grandes enseignes font des promotions à chaque rentrée scolaire. Leur idée pour éviter ce soi-disant écueil : le chèque ARS. Délivrer la fameuse allocation sous forme de chèque éviterait toute utilisation frauduleuse de celle-ci. 

D'emblée, je m'étonne que les libéraux, qui sont toujours prompts à critiquer la lourdeur administrative, en appellent à un processus s'apparentant aisément à une usine à gaz. En effet, si l'on devait passer à une ARS sous forme de chèque, celui-ci devrait être infalsifiable. Imaginez la facture une seule seconde, des millions de chèque imprimés et délivrés par les agents de la CAF qui devront accueillir en plein mois d'août les familles bénéficiaires (à moins qu'ils les envoient, auquel cas, j'imagine que la Poste fera un prix d'ami à la CAF) ! Et que dire des magasins qui devront se faire rembourser auprès de la CAF là encore ! Il va falloir embaucher, messieurs les libéraux ! Pas besoin de détailler pour comprendre l'inefficacité et le coût d'un tel dispositif !

Pire, imaginons une famille recevant ce chèque. Le magasin où elle fait ses achats aura-t-il droit de rendre la monnaie ? Auquel cas la fraude sera toujours possible, de fait. Si on peut transformer le chèque en liquide, l'objectif de ce chèque est nul. S'il n'a pas le droit, ce sont les familles qui y perdront puisqu'elles devront acheter le montant exact de ce chèque ou s'asseoir sur une partie de l'ARS (ce qui est peut-être le but des libéraux). 

Ce qui est le plus pervers, c'est que s'il n'y a qu'un seul chèque, il sera impossible de faire ses achats dans plusieurs magasins (et de faire marcher la concurrence, n'est-ce pas, messieurs les libéraux ?), ce qui favorise ainsi la grande distribution qui vend à la fois les fournitures de types papeterie ou les fournitures vestimentaires. Très pervers, n'est-ce pas. 

Alors, vous me direz, il est possible de fournir plusieurs chèques ! Mais cela engendrera encore plus de coûts qui seraient mieux investis dans l'aide sociale. Non décidément, c'est une idée bien saugrenue qu'ont les libéraux ! Tout ça pour pallier des préjugés sociaux ! De manière générale, les enfants viennent à l'école en septembre avec leurs fournitures. C'est moins le cas plus tard dans l'année mais à la rentrée, rares sont les élèves qui ne disposent pas du matériel scolaire de base. Un faux problème qui vise encore une fois à faire du pauvre un fraudeur alors que la fraude, la vraie, celle qui nous coûte, est orchestrée par le grand capital. 

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article