Pourquoi le Pass sanitaire est une imposture.

Publié le par Frédo45

Le Pass Sanitaire s'étendra vraisemblablement aux restaurants, cafés et divers autres lieux après l'examen de la loi par le Conseil Constitutionnel. Présenté comme la seule solution, une solution-miracle, il est en réalité une terrible imposture sur fond de communication gouvernementale. 

D'abord, le gouvernement présente ce choix comme la seule alternative. On retrouve là la matrice habituelle des capitalistes. Il n'y a qu'une seule voie, les autres sont des utopies. par conséquent, suivre une autre voie est irréaliste et dangereux. La réalité est que le gouvernement masque son incompétence par de l'autoritarisme. Incapable d'assurer la vaccination des plus fragiles et en premier lieu, les plus de 80 ans (qui ne sont que 20 % à être vaccinés), il impose un système liberticide qui va augmenter le taux de vaccination sans faire évoluer celui des populations que le covid19 tuent le plus. Car soyons clairs, le salarié qui doit posséder un pass pour travailler, le touriste qui veut voyager en train, le jeune qui veut aller au ciné va devoir recevoir le précieux sésame en forme de piqûre... Mais sont-ce les personnes âgées qui se rendent massivement à la piscine, au cinéma, au parc Astérix ou à Nigloland ? Oh certains me diront qu'il y en a. Oui, il y en a mais est-ce une généralité ? Non. Le gouvernement n'a pas voulu (n'a pas eu le courage) d'obliger la vaccination aux seniors qui constituent une partie assez fidèle de son électorat. Il vaut mieux contraindre une jeunesse qui ne se rendra pas aux urnes qu'une vieillesse qui demeure attachée au vote. C'est cynique ? Oui. 

Par ailleurs, le Pass Sanitaire est présenté comme l'assurance d'un retour à la normale. Vous avez déjà entendu cette chanson. C'est normal. A chaque vague, le président nous sort le même couplet. Or rien n'est moins sûr. D'abord, il faudrait une couverture vaccinale supérieure à 90 % selon les études. Sachant que les enfants de moins de 12 ans ne sont pas concernés et qu'ils ne le seront vraisemblablement pas à moins d'un an de la présidentielle (d'ailleurs, le ministre de l'Education Nationale continue d'affirmer que l'école n'est pas un lieu de contamination), que les seniors non vaccinés ont peu de raison de se rendre au centre puisque le pass les contraint peu et que 16 % de la population ne veut pas se faire vacciner, ce taux ne sera jamais atteint. Et est-ce très grave ? Non, en fait. Ce qui doit nous inquiéter dans la pandémie, ce n'est pas le virus lui-même, bien souvent asymptomatique. Ce qui doit nous préoccuper, c'est le taux d'occupation des hôpitaux. Normalement, la 4e vague ne devrait pas pousser dans les hôpitaux davantage de monde que les 3 premières. Ou alors, c'est que la vaccin n'est pas si efficace et au vu de ce qui se passe à l'étranger, il l'est. 

Mais surtout, pour mettre fin à la pandémie, il faudrait vacciner 90 % de la population mondiale, dans des délais brefs. Pour cela, il faudrait que les groupes pharmaceutiques renoncent aux brevets. Si je milite pour cela, je suis bien conscient qu'on en est aussi proche que l'homme de poser un pied sur Pluton. Qui peut croire à cela franchement ? Et s'il y a une chose que la pandémie nous a apprise, c'est que les pays sont étroitement connectés. Le variant delta ne vient pas d'Europe. Si vous vaccinez 90 % de 1 % de la population mondiale (c'est ce que représente la population française), ce ne sera qu'une goutte d'eau. Bien sûr, j'exagère car la vaccination avance partout dans le monde. Mais à des rythmes variables et insuffisant pour espérer une éradication du covid19. Et c'est certainement ce qui est le plus inquiétant, car suivi les recherches et théories darwiniennes, le virus va continuer à muter et essayer de contourner la vaccination. On pourrait donc voir arriver assez rapidement un nouveau variant plus résistant aux vaccins. Car le covid19 est différent de la variole et de la polio qu'on prend souvent comme exemples de réussite de la vaccination. Ces deux virus ne mutaient pas autant. Et malgré cela, il a fallu des décennies pour les éliminer. Pour illustrer mon propos, si demain, on vaccinait 100 % de la population française contre la grippe, cela ne l'empêcherait en aucun cas de revenir l'année suivante. Il sera de même pour le covid19. 

Et c'est aussi en cela que le Pass Sanitaire est une duperie. Il fait croire à la fin de la pandémie. Or il va falloir s'habituer à vivre avec le virus, peut-être avec une vaccination annuelle, ciblée ou généralisée. De fait, le Pass Sanitaire n'a aucun sens. Pire, il ouvre des brèches dans le droit français. Il limite les libertés, il rompt l'égalité entre les citoyens et que dire de ce qu'il fait de la fraternité. La France était déjà divisée, elle ressort fracturée de cette décision. Un choix aussi politique que cynique mais surtout un bien mauvais choix. 

Publié dans Education-Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article