Plus d'école le samedi !

Publié le par Frédo45

 

Darcos souhaite la suppression du samedi au collège dès 2009
X avier Darcos, le ministre de l'Education nationale, souhaite supprimer dès 2009 les cours le samedi au collège, en les transférant au mercredi, donc sans réduction d'horaires, selon le Journal du Dimanche

A l'école primaire, dès la rentrée 2008, il n'y aura plus classe le samedi matin: les écoliers ne travailleront plus que quatre jours par semaine, avec deux heures de cours en moins, à la rentrée 2008, a annoncé le ministre jeudi.

M. Darcos a ajouté le même jour qu'il espérait "ensuite que, très vite", il serait possible d'"étendre le dispositif au collège", tour en précisant que rien n'était "décidé" en la matière.

"Joint hier (samedi), le ministre de l'Education nationale confie au JDD qu'une même mesure, concernant cette fois-ci le secondaire, sera prise prochainement +pour entrer en vigueur si possible, ce que je souhaite, dès la rentrée suivante+", écrit le Journal du Dimanche.

Concernant le nombre d'élèves concernés par cette mesure "L'Education nationale table +à vue de nez+ sur près de la moitié des 3,2 millions de collégiens: mais en réalité personne ne connaît le nombre exact d'adolescents se rendant en cours le samedi", ajoute le journal.

Toutefois, à la différence de l'école, il n'est pas question pour les collégiens d'une semaine de quatre jours et de suppressions d'heures de cours. "Pour le collège, notre volonté est de transférer les enseignements du samedi au mercredi" a en effet précisé le ministre au JDD.

Enseignants, parents, associations ont vivement critiqué un manque de concertation avant la décision de supprimer le samedi de cours dans le primaire et les modalités qui l'accompagnent.

Le ministère de l'Education nationale a confirmé auprès de l'AFP les propos tenus par le ministre, précisant que la suppression du samedi travaillé au collège était "un objectif": une "concertation sera engagée prochainement à ce sujet", a-t-on précisé, tout en soulignant qu'on "avait le temps".

Au ministère on fait valoir que "l'objectif est d'uniformiser l'organisation de la semaine dans le souci de permettre aux familles de se retrouver".

"Le lycée n'est pas concerné" par ce projet, a-t-on par ailleurs souligné.


Après l'école primaire, c'est le collège qui est visé par la suppression des cours le samedi. cela aura moins d'impact sur la scolarité des collégiens car beacoup d'établissements fonctionnent déjà avec le mercredi travaillé. 

Par contre, je m'inquiète de la suppression du samedi matin à l'école et ce pour plusieurs raisons :
1) Le Ministre Xavier Darcos n'est lui-même pas convaincu de l'efficacité de cette mesure qui lui a été imposé par le chef de l'Etat. On peut par conséquent se poser une question : qui a raison ? Le Ministre de l'Education Nationale ou le Président de la République (populiste ?).
2) Beaucoup d'associations et de spécialistes des rythmes scolaires critiquent cette décision qui a plus pour but de faire plaisir à des parents ne voulant pas renoncer à leur vie de célibataires et qui souhaitent continuer à sortir et partir comme s'ils n'avaient pas d'enfant. Je le sais : j'ai ce genre de spécimen dans ma famille. A une époque où l'on critique l'Ecole pour ses médiocres résultats, on s'apprête à mettre en difficulté des enfants en perturbant leur rythme de sommeil. Vous pensez peut-être que c'est anodin mais de mon expérience, et en tant qu'enseignant, j'ai connu tous les rythmes scoalires possibles, je peux assurer que les retours de week-end prolongé font que le lundi matin connaît des capacités d'écoute irrégulières. De même, le mercredi matin travaillé occasionne pour les plus petits (c'est moins vrai pour le cours moyen), une fatigue qui empêche un travail de qualité à partir du jeudi après-midi.
3) On ne sait pas à quel sauce, les enseignants et leurs élèves vont être mangés. On nous parle de soutien aux élèves en difficultés mais quand ce soutien se fera-t-il. Le soir après une journée chargée ? Peu efficace me semble-t-il... Le mercredi ? Mais alors bon courage aux enseignants qui devront faire le choix de convoquer certains élèves et pas les autres... Encore une situation délicate à gérer auprès des parents d'élève. Va-t-on diminuer le nombre de jours de vacances et voir l'absentéisme augmenter à certaine période (car il ne faut pas s'y tromper, ceux qui n'amènent pas leurs enfants le samedi n'hésiteront pas à partir en période scoalire, c'est déjà le cas actuellement notamment début juillet ou lors de la saison de sports d'hiver !) ou le nombre d'heures de classe, dans quel cas il faudra revoir les programmes et les exigences à la baisse...
4) La manière est plus qu'irrespectueuse. Je pense en effet, qu'il aurait été de bon ton de prévenir les enseignants d'une telle mesure plutôt que de leur apprendre par l'intermédiaire des médias. A une heure où l'on demande aux enseignants de se servir plus largement d'internet, c'est un comble de ne pas avoir utiliser cet outil dans le cas présent !
5) Quid du samedi ? Les municipalités vont-elles devoir organiser des ateliers le samedi comme c'est le cas le mercredi avec des centres de loisirs ouverts toute l'année ? Quel coût pour les communes ? Et que penser des disparités à venir entre communes riches et commmunes pauvres, entre communes rurales et communes urbaines ?

Pour conclure, il apparaît qu'il s'agit là d'un "foutoir" immense dans lequel le gouvernement entraîne parents, enfants et enseignants. Ca ressemble à de l'amateurisme dans l'approche du problème et dans l'application des nouvelles dispositions.
Par conséquent, je suis très sceptique quant à cette décision.

$Loader.endScript = true;

Publié dans Education-Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article